Revers du périple !!!

Une nouvelle année qui vient avec ses réalités en ce qui concerne la migration, pour ce mois de Janvier seulement, (03) migrants ont été référé au centre par la maison d’arrêt et de correction de Gao, par l’association des anciens passeurs et transporteur (A.P.D.V.M.M danaya) et la population de Gao.

L’ensemble des (03) trois migrants présentent tous des symptômes de trouble du comportement déficitaire et ceux sans violence pour le moment. Il s’agit du diagnostic du responsable du suivi psychosociale des migrants au centre et du psychiatre du CSref de Gao.

Le premier est de Nationalité Malienne. Son état est en plein dégradation. Des mesures ont été prise afin de l’apporter une assistance. En ce qui le concerne il était en Algérie précisément à Timiaouine et aurait été arnaqué par des passeurs ce qui a aggravé sa situation car il souffrait déjà de pareils symptômes lorsqu’il a quitté le domicile familial à Bamako à l’insu de tout le monde. Sa famille a pu être contactée et ils sont prêts à l’accueillir à Bamako. Le migrant pour sa part, refuse de rentrer sur Bamako car de ce côté il n’a pas d’espoir. Toutefois, la MDMG a pris des mesures pour le convaincre de rallier Bamako.

En ce qui concerne le second cas, il s’agit d’un migrant de Nationalité Nigérienne. Il nous a été référé par la maison d’arrêt et de correction de Gao. Il a été incarcéré sous mandat de dépôt le 02 Décembre 2019 pour des raisons de vagabondage nocturne. Quant à lui, il présente des signes dépressifs à la différence du Malien. Pour son cas, sa famille n’a pas pour le moment été retrouver nos contact à Niamey ont lancé une alertes au niveau de sa ville natale (Zender).

Enfin le 3eme cas ; c’est celui d’un migrant de Nationalité Sierra Léonais arrivé dans la ville depuis plus de 02 semaines. Vue à la gare de Sonef par les populations qui nous l’ont référé. Il présente des signes inhabituels. Après consultation des documents retrouvés sur lui, il aurait étudié en Russie. Dans son discours, il souhaite retourner à Moscou pour aller dans une Banque et récupérer son argent. Un mystère qui reste pour nous a élucidé. Une situation qui l’attriste lorsqu’on essaie d’aller plus loin dans le dialogue, il ne souhaite plus parlé à personne et soliloque en marchant. Le responsable du suivi psychosociale des migrants du centre et le psychiatre du CSref de Gao pense qu’il s’agit d’un cas de Schizophrénie ; nous restons en attente des rapports du diagnostic.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *